Programmation

HATE LETTERS

HATE LETTERS

Dimanche 12 janvier 2020 à 15h30

avec Maiike Jansen et Roland Giraud.

 

Marie et Jacques s’aiment.

Et comme tous les gens qui s’aiment, il leur arrive de se détester.

Voire, de se quitter.

Mais ce n’est pas facile de se détester et de se quitter. Surtout quand on s’aime.

Alors, ils s’écrivent.

Des lettres d’humour et d’humeur, rageuses, râleuses, cruelles, bourrées de mauvaise foi, de reproches improbables, de vacheries mesquines et de menaces absurdes.

Les lettres de haine passionnée qu’on rédige quand on ne parvient plus à se parler et à se dire qu’on s’aime – mais qu’on réalise que, finalement, ce qu’on fait de mieux dans la vie, c’est rire ensemble et s’aimer.

 

 

ASSIS - NUMEROTE

TARIFS : de 36.30€ à 49.50€

VR : places à visibilité réduite

RESERVATIONS PMR : 03 20 54 44 50

 

 

• Réservations

Théatre Sébastopol : 03 20 54 44 50

Points de vente habituels


Vous aimerez certainement...

LE NOUVEAU TESTAMENT

LE NOUVEAU TESTAMENT

Nous sommes dans les années 30, un médecin rédige un nouveau testament

qu’il destine à son notaire. Il y expose les raisons qui l’ont conduit à modifier

ses dispositions antérieures : la découverte de l’infidélité de son épouse.

 

Il glisse le testament dans une poche de son veston. Lors de l’essayage d’un

nouveau costume chez son tailleur, il va oublier ce veston en partant avec

le nouveau. Le soir, l’attendent à son domicile, son épouse, un couple d’amis

et leur fils qui ont été conviés à dîner et qui s’interrogent sur son retard.

 

Un employé du tailleur rapporte alors le veston et le remet sans explication

au valet de chambre. Ce veston remis d’une manière qui apparaît comme

mystérieuse augmente l’inquiétude de l’épouse qui craignant un suicide,

fouille les poches du veston et y trouve le testament. 

Bien que celui-ci soit adressé au notaire elle l’ouvre et ces quatre personnes vont découvrir ce dont elles n’auraient pas dû avoir connaissance du vivant du médecin.

 

Gardons le suspense pour ceux qui ne connaîtraient pas l’une des pièces

les plus vachardes de Sacha Guitry. Ce dernier avait lui-même endossé le

rôle de l’époux qui considère l’adultère comme « le seul moment agréable

de toute son existence » au Théâtre de la Madeleine, en 1934. 

L’auteur dit que la vérité est parfois bonne à dire et, bon gré mal gré, peut-être faut-il

s’en accommoder. A son habitude, il bouscule au passage les conventions

sociales, égratigne les méfaits du mariage et vante les bienfaits du divorce

31 décembre 2019