Programmation

QUE DROLE D ESCOLE
Les après-midi du Sébasto

QUE DROLE D ESCOLE

Dimanche 12 mai 2019 à 15h30

Dans une école secondaire voisine d'une prison, on est à la recherche de deux intérimaires devant remplacer l'un le surveillant du dortoir des filles, l'autre la professeure de mathématique devenue directrice voici deux mois.

Cette nomination n'a d'ailleurs pas fait l'unanimité au sein du corps professoral. Dans les internes, il y a une élève particulièrement turbulente.

Voilà que deux évasions se produisent dans la prison voisine, et que les deux fuyards ne trouvent rien de mieux que de venir se réfugier dans l'école et de se faire passer... pour les intérimaires !

LA TROUPE         

La troupe de théâtre de l'harmonie de RECQUIGNIES (59) a été créée en 1984. Les répétitions aboutirent en Février 1985 à la première représentation à la salle des fêtes de Recquignies.​     

De 1985 à 1993, chaque spectacle était composé de plusieurs petites pièces en un ou deux actes. En 1994, pour le dixième anniversaire de la troupe, un tournant a été pris et les acteurs se sont lancés dans des pièces plus longues en trois actes. Une seule pièce assurant alors le spectacle de deux heures. Une autre grande évolution fut l'adaptation en patois de notre région de pièces écrites par des auteurs patoisants wallons. C'est d'ailleurs le théâtre patoisant qui a fait la renommée de notre troupe bien au-delà de notre village puisque dès l'année 1994, une tournée dans les villages environnants fut organisée. ​   
Pendant quelques années, sous l’impulsion de madame Soufflet, une troupe de jeunes acteurs a vu le jour. L'aboutissement fut la représentation de la pièce : « Eune maman à prester » en 1997. ​   

A ce jour, la troupe qui s'est renouvelée régulièrement a joué 44 pièces. Elle est composée d'une dizaine d'acteurs et vingt-trois personnes travaillent pour pérenniser et faire fonctionner ses spectacles.

• Réservations

Théatre Sébastopol : 03 20 54 44 50

Points de vente habituels


Vous aimerez certainement...

LE NOUVEAU TESTAMENT

LE NOUVEAU TESTAMENT

Nous sommes dans les années 30, un médecin rédige un nouveau testament

qu’il destine à son notaire. Il y expose les raisons qui l’ont conduit à modifier

ses dispositions antérieures : la découverte de l’infidélité de son épouse.

 

Il glisse le testament dans une poche de son veston. Lors de l’essayage d’un

nouveau costume chez son tailleur, il va oublier ce veston en partant avec

le nouveau. Le soir, l’attendent à son domicile, son épouse, un couple d’amis

et leur fils qui ont été conviés à dîner et qui s’interrogent sur son retard.

 

Un employé du tailleur rapporte alors le veston et le remet sans explication

au valet de chambre. Ce veston remis d’une manière qui apparaît comme

mystérieuse augmente l’inquiétude de l’épouse qui craignant un suicide,

fouille les poches du veston et y trouve le testament. 

Bien que celui-ci soit adressé au notaire elle l’ouvre et ces quatre personnes vont découvrir ce dont elles n’auraient pas dû avoir connaissance du vivant du médecin.

 

Gardons le suspense pour ceux qui ne connaîtraient pas l’une des pièces

les plus vachardes de Sacha Guitry. Ce dernier avait lui-même endossé le

rôle de l’époux qui considère l’adultère comme « le seul moment agréable

de toute son existence » au Théâtre de la Madeleine, en 1934. 

L’auteur dit que la vérité est parfois bonne à dire et, bon gré mal gré, peut-être faut-il

s’en accommoder. A son habitude, il bouscule au passage les conventions

sociales, égratigne les méfaits du mariage et vante les bienfaits du divorce

31 décembre 2019